[Interview] Nicolas, webentrepreneur au Mexique, se lancer dans la vente en ligne en créant une bijouterie

Aujourd’hui sur le blog j’ai le plaisir de laisser la parole à Nicolas, web-entrepreneur installé au Mexique. Il a créé en 2009 un e-commerce de vente de bijoux artisanaux fabriqués au Mexique avec sa femme. Pour toutes les personnes qui veulent créer leur entreprise, l’histoire de Nicolas est inspirante et permet d’être motivé à bloc !

nicolas-tranchant-vivalatina

Peux-tu revenir sur ton parcours ?

J’ai une formation d’ingénieur en mécanique (diplômé de l’ENSMM en 2004) qui initialement ne me préparait pas du tout à entreprendre et encore moins sur le web. En 2004 internet n’en était encore qu’à ses balbutiements en France. J’ai fini mon cursus d’ingénieur par un projet de fin d’études au Mexique, puis une fois mon diplôme en poche je suis parti à l’Armée pour étudier à Saint-Cyr. La carrière militaire m’attirait, j’avais envie d’actions et d’aventures à l’étranger.

Une fois diplômé de Saint-Cyr, je quitte l’Armée, l’étranger m’attire alors trop pour que j’ai de la patience de remettre mes projets de départ à plus tard. Je pars donc voyager et travailler en Australie (4 mois) puis au Mexique (VIE d’un an) puis je voyage 8 mois en Amérique Latine. Ces voyages en Amérique Latine me permettent de découvrir les petits entrepreneurs des pays émergents qui montent leur boîte pour s’en sortir, n’ayant aucune aide de l’état ni de formation, ils s’en sortent à la sueur de leur front avec souvent de belles réussites. Cela m’intrigue car je ne suis pas du tout d’une famille d’entrepreneur ou de commerçant. Je remarque aussi que les femmes latines obtiennent toujours les accessoires à la mode de leur choix, peut importe le prix parfois exorbitant de ceux-ci pour les salaires locaux. Lorsqu’en 2004 mes amies mexicaines me montrent leurs portables, j’ai l’air d’un plouc, la leçon est retenue.

L’idée de monter une entreprise fait donc lentement son chemin, sans que je prenne une décision, l’idée serait de vendre des accessoires pour femmes si je venais à passer à l’acte. Lorsque je m’installe en France en 2008 de retour du Brésil et que ma copine mexicaine me rejoint, le besoin de monter une entreprise se présente puisque étant médecin diplômé du Mexique, elle n’a pas le droit de pratiquer la médecine en France. J’avais des contacts avec des amis grossistes de bijoux en argent à Taxco au Mexique, on se lance donc dans l’import de bijoux pour les revendre en France en me déclarant comme auto-entrepreneur, l’idée étant de monter un site web pour les vendre en ligne. Je dépose donc la marque Vivalatina et achète le nom de domaine Vivalatina.fr pour lancer ma boutique en ligne. C’était en 2009. Cela me permet de découvrir le web, la conception de site, mais faisant cela en parallèle de mon travail le projet stagne plus qu’il n’avance, si bien qu’en 2012, le site est actif mais j’ai peu de stock et un marketing inexistant.

En 2012, nous prenons la décision de quitter la France pour nous installer au Mexique puisque la France n’offre aucune solution professionnelle (si ce n’est refaire ses études de médecine) pour ma copine qui entre temps est devenu ma femme. Je démissionne de mon poste d’ingénieur à Toulouse pour rejoindre ma femme à Puerto Vallarta, sur la côte pacifique mexicaine. Mon projet est alors de me consacrer à temps plein à notre projet resté dans l’oeuf.

 

logo vivalatina boutique bijou mexique

 

Quelles sont les difficultés majeures auxquelles tu as du faire face?

J’ai rencontré 3 obstacles majeurs pour me lancer. Premièrement l’argent, j’ai débuté avec quasiment zéro lors de mon arrivée au Mexique, toutes nos économies ayant servies à notre installation. Le plan était que ma femme me maintiendrait le temps pour moi de faire décoller l’entreprise. Elle-même n’ayant pas trouvé un super emploi de suite à son arrivée, nos débuts furent stressant et j’ai dû me tourner vers mes parents pour leur demander une aide financière sans laquelle je n’aurais pas pu me consacrer à mon entreprise.

Deuxièmement, le manque de conseils et d’entourage d’entrepreneurs. Comme je le disais plus haut, je ne suis pas d’une famille d’entrepreneur ou de commerçant et je n’avais pas alors d’amis suivant le même chemin, si bien que mon projet n’était pas compris par ma famille. Les débuts en tant qu’entrepreneur peuvent être difficiles et ce fut mon cas: je ne savais pas alors où j’allais, j’étais seul dans une nouvelle ville sans rien de concret avec juste mon idée de service en ligne en tête. J’ai vécu de grands moments de solitude m’amenant à me remettre en question moi et mes choix. C’est dans cette période que s’est forgée ma volonté et détermination. Depuis, je cherche à m’entourer d’entrepreneurs afin de pouvoir échanger des idées, les blues et prendre des conseils. J’ai retenu une leçon, il ne faut jamais demander conseils à des salariés sur ses projets d’entreprise, ni aux proches. L’ignorance des premiers sur ces questions et les sentiments des seconds ne permettent pas d’avoir d’avis objectifs et utiles (d’où l’importance comme le dit Nicolas, de se former avec des personnes qui réussissent et de trouver des mentors).

Enfin, mon troisième obstacle fut mon manque de connaissance du web, des techniques de référencement et du secteur du bijou sur le web. Je crois que j’ai vraiment cumulé les obstacles par mon ignorance. J’ai donc investi dans des formations en ligne avec des professeurs américains sur le thème du référencement afin de compléter ma formation sur le tas. Aujourd’hui je ne me considère pas comme un expert, mais avec 12000 visites mensuelles, mon site tourne rond et j’ai confiance pour décupler le trafic.

J’ai aussi bien élargie ma connaissance du secteur du bijou sur le web, avec une bonne idée de mes concurrents, de leur force et de leurs faiblesses. Je suis actuellement un outsider mais le seul qui propose de la vente et fabrication de bijoux argent ou or en ligne avec un service entièrement personnalisé.

 

Quelle population est ton coeur de cible et que mets-tu en place pour faire connaître ton site?

Ma clientèle couvre un large panel. Typiquement mes clients cherchent soit des bijoux artisanaux en argent, soit un bijoutier pour faire fabriquer leurs bijoux sur mesure. Les budgets varient de 70 a 700 euros. Je travaille suivant deux axes actuellement pour me faire connaître, un travail de SEO de fond ainsi que la rédaction d’article sur mon blog pour présenter le travail déjà réalisé. En 2015 je vais commencer à communiquer sur des sites web importants pour toucher un public plus large.

 

Peux-tu nous lister les actions de ta journée type de gérant e-commerce?

Mes journées comprennent la réalisation de devis suite à des demandes en ligne, des visites à mes artisans pour leur confier le travail ou bien suivre l’avancement des bijoux en fabrication, les achats de matières premières (or, pierres précieuses, emballages…) et le marketing web/SEO. La part de temps que je consacre à toutes ces activités est très variable selon les demandes de mes clients que je place toujours comme prioritaire.

Il m’arrive ainsi de répondre aux mails en quelques minutes lorsque je les reçois et que je suis sur mon ordinateur, en général le délai de réponse ne dépasse pas 10h.

 

As-tu d’autres sources de revenus à côté de ceux provenant de ta boutique Vivalatina? Et quels sont tes axes de développement ?

Ma bijouterie en ligne est ma seule source de revenu actuelle. À mes débuts je travaillais comme professeur de français en parallèle, mais j’ai depuis arrêté car trop chronophage pour le revenu apporté.

Mes plus gros efforts de développement concernent les bijoux de luxe et le sur-mesure. Je me consacre donc d’une part à communiquer sur les belle pièces de bijouterie que nous faisons, je développe des pièces en interne pour montrer notre savoir-faire. Enfin, je vise le développement de partenariats pour rendre visible notre travail en ligne de plus en plus visible.

 

Es-tu également investisseur ? Peut-être dans le secteur immobilier ? Ou en bourse ?

Je n’ai aucun investissement d’aucun type, car je n’ai pas de capital. J’investis actuellement exclusivement dans mes connaissances et ma formation sur le web afin de développer plus vite mon activité et d’en lancer d’autres par la suite. Sensibilisé de part mon activité à la création de valeur par ajout de service, je ne suis pas intéressé à moyen terme par les investissements classiques.

À l’avenir j’envisage d’utiliser mes connaissances afin d’investir dans des start-up aux USA, mais c’est un projet à long terme.

 

Souhaites-tu lancer d’autres web-entreprises?

Je compte lancer d’autres projets par la suite mais je prends mon temps, mon but est d’aller au fond de mon projet Vivalatina avec pour l’objectif de devenir un expert en SEO d’ici à 2 ans. À ce moment là (une fois expert dans mon domaine) je lancerai surement l’un des projets que j’ai sous le coude.

 

[Interview] Nicolas, webentrepreneur au Mexique, se lancer dans la vente en ligne en créant une bijouterie
5 (100%) 1 vote[s]

Leave a Comment:

1 comment
Add Your Reply