Je vous propose après quelques temps sans article de ma part, de découvrir une nouvelle interview (après celle de Julien ou encore de Christophe Ménez). Il s’agit d’Alexandre Retailleau, un collègue blogueur avec qui j’ai eu l’occasion d’échanger à plusieurs reprises. Son blog Retaill & co présente ses différentes expériences d’investissements et d’entreprises.

Son dernier projet en date est un site de vente de stickers. Ayant suivi le développement de ce dernier, je souhaiterai revenir en détails avec Alexandre sur ce business qu’il a mis en place avec succès. Bonne lecture donc!

interview jeune investisseur entrepreneur

Bonjour Alexandre, je te laisse tout d’abord te présenter

Alexandre RETAILLEAU, j’ai ouvert un blog sur l’investissement et les finances personnelles en 2007, puis au fil du temps j’ai réalisé plusieurs petits business sur internet (achat revente de marchandises). Il devenait facile de gagner quelques dizaines d’euros avec mon statut d’étudiant. Je me suis pris au jeu, et j’ai continué à m’intéresser à divers domaines comme l’économie, la bourse où j’ai réalisé quelques coups, puis à l’immobilier en 2009.

Les achats reventes d’appartements m’ont permis de continuer à me constituer un patrimoine afin d’avoir un capital à la fin de mon master (en 2012). Ayant envie de créer un vrai business pour me créer d’avantage de revenus et moins dépendre de mon travail je me suis tourné vers un site d’e-commerce (stickers de décoration).

 

J’ai suivi ton aventure de web-entrepreneur via ton blog Retaill & co, pourquoi avoir lancé ce site de stickers?

Un an avant de créer cette entreprise de stickers en ligne, je ne pensais pas construire ce projet. Je suis avant tout un entrepreneur, j’aime les défis et les challenges ! Suite à mes études en comptabilité et gestion, je m’étais aperçu après avoir fait un test que ce type de produits offrait des avantages intéressants (peu de stock, marché en croissance).

De plus, j’avais une première expérience sur le net avec mon blog (des connaissances en référencement) et cette activité offrait aussi la possibilité de commencer avec peu de charges et d’investissement. J’ai aussi la chance d’être avant tout un dessinateur avant d’avoir été un entrepreneur ce qui m’a permis au début de proposer des modèles sans avoir à investir d’argent (stickers drapeaux).

Lisez aussi :  [Interview] Nicolas, webentrepreneur au Mexique, se lancer dans la vente en ligne en créant une bijouterie

 

Pour ce projet, quelles ont été les principales difficultés et qu’as tu mis en oeuvre pour les surmonter?

Le temps, le temps est notre principal problème. Au départ nous avons travaillé d’arrache pied, le chiffre d’affaires montait doucement, il fallait garder le cap et ne pas se décourager car les efforts d’aujourd’hui sont référencés 3 mois plus tard dans google et vendu après 5 mois.

Être seul également, car même si je travaille avec ma sœur il fallait savoir prioriser, et lorsqu’on démarre de zéro et bien la tâche est loin d’être évidente, alors il faut sortir ses tripes !
Il a fallu gagner en maturité et poser les problèmes en essayant de faire abstraction des pressions qui nous entourent.

 

Peux-tu nous retracer brièvement l’évolution du site depuis sa création? Tes revenus sont-ils maintenant toujours en croissance?

L’entreprise a été créée en avril 2012 juste à la fin de mon master. Nous avons commencé par vendre sur les Marketplace pour commencer à générer quelques ventes. C’est en juin que le site internet www.stickeramoi.com est mis en place. Nous avons mis en catalogue nos modèles jusqu’en décembre 2012Le site ne générait que quelques dizaines de visites à ses débuts puis de mois en mois nous sommes passés à un pic de 1 400 visites par jour en mars !

Depuis le trafic se stabilise autour des 1 000 visites journalière mais le nombre de commandes progresse tout de même car nous commençons à bénéficier de ce qu’on appelle l’expérience. Nos clients nous recommandent et font ainsi augmenter le taux de transformation (nombre de ventes par rapport aux nombres des visites). En juillet le chiffre d’affaires a bondi de presque 20%, en passant à 12 000 euros.

 

Quelles sont les principales actions que tu mets en oeuvre pour continuer à développer ton chiffre d’affaires?

Actuellement nous soufflons, et nous réfléchissons. Je réfléchis surtout à réorganiser la société de façon à diminuer mon temps de travail pour par la suite me libérer du temps et pouvoir ajouter de nouvelles références et ainsi augmenter mes revenus.

Lisez aussi :  Interview de la Fintech Pretto

Pour développer une entreprise il faut une stratégie globale, je pense donc à la structure financièrement de mon entreprise de façon à conserver un avantage sur les prix. Je me suis constitué un matelas, et ai investi dans une nouvelle machine. Maintenant je regarde les concurrents et réfléchis aux stickers que nos clients attendent !

 

Souhaites-tu utiliser les connaissances/compétences que tu as acquis pour lancer un nouveau business maintenant que celui-ci a atteint sa « vitesse de croisière »?

Actuellement je souhaite reprendre une activité de salarié dans ma branche (gestion de patrimoine) parce que la structure est encore jeune. Mon objectif avec cette entreprise était de créer des revenus supplémentaires qui me permettraient ensuite de pouvoir créer mon entreprise de conseil en investissement.

Je ne vais pas tirer des plans sur la comète mais si mon CA stagne voir diminue légèrement pendant les 7 années à venir je pourrais m’acheter avec la revente de mon appartement une maison qui me permettra d’être indépendant financièrement et de pouvoir exercer ce métier qui me passionne sans aucune contrainte d’argent.

 

Enfin, quels sont les conseils principaux que tu donnerais à un web-entrepreneur qui souhaiterait lancer un e-commerce?

Au départ il faut définir la stratégie de l’entreprise, minimiser les coûts de lancement (création, site web : prestashop fait quelques chose de très bien là-dessus) regarder les concurrents et savoir se positionner. Ensuite il ne faut que de la patience, et être prêt à engranger beaucoup, beaucoup d’heure de travail.

J’en profite pour faire un clin d’œil car juste avant de me lancer je voyais des blogueurs surfer sur la vague en promettant de gagner de l’argent sans trop travailler. Sachez que cela est absolument et définitivement faux ! Je voulais aussi y croire mais ce sont les vendeurs de pioches qui ont la vie belle pas les chercheurs… ! ;-)

 

Je reste à la disposition des entrepreneurs et novices s’ils ont des questions ;- ))

Je te remercie Pierre Antoine pour ton invitation, j’espère que tes business fonctionneront aussi car c’est un réel plaisir d’entreprendre !