Lorsque l’on dispose d’un capital d’un montant compris entre 500000 et 1 million d’euros, le plus compliqué est de choisir le bon investissement. Tout dépend de l’objectif à court, moyen ou long terme. Il existe des solutions adaptées à chaque profil d’investisseur.

Placer 1 à 5 millions d'euros (1)

Préciser ses objectifs de placement

Il est souvent conseillé de diversifier ses placements afin de limiter les risques de perte de capital tout en visant le maximum de performance. Il n’existe pas de réponse unique pour placer un capital de 500000 à 1 million d’euros.

La diversification dépend du type de placement (actions, obligations, immobilier….), de l’horizon du placement (court, moyen ou long terme), de la zone géographique (investir dans la bourse internationale, européenne ou française, secteur de l’immobilier…), du secteur d’activité…

Il est essentiel de définir l’objectif de ce placement : s’agit-il de se constituer une épargne de précaution, de se constituer un capital à moyen ou long terme (de trois à huit ans ou à plus de huit ans), de diminuer ses impôts, d’investir dans une valeur sûre ou d’accepter les risques…

Investir 500000 à 1 million d’euros dans une assurance-vie

Pour capitaliser un montant compris entre 500000 et 1 million d’euros tout en profitant d’une fiscalité avantageuse, il y a l’assurance-vie.

C’est un placement flexible qui peut s’adapter à tous les profils grâce aux nombreux supports existants.

Il est possible d’investir tout ou seulement une partie du capital sur des fonds en euro ayant un capital garanti, sur des unités de compte (UC) comme les fonds actions, les fonds matières premières….

L’assurance-vie peut être modifiée n’importe quand pendant toute la durée du contrat.

Elle peut être nettement plus performante que les livrets bancaires réglementés.

Le capital reste disponible pendant toute la durée du contrat et ce même s’il est récent. C’est la fiscalité lors du rachat qui va changer et être plus ou moins avantageuse.

Lisez aussi :  Chèque, carte bancaire... quels moyens de paiement utiliser à l'étranger ?

Lors d’un rachat total ou partiel d’une assurance-vie avant les huit ans du contrat, les intérêts sont imposés à hauteur de 30 % s’il s’agit d’un Prélèvement Forfaitaire Unique ou sont assujettis à l’impôt sur le revenu (il faut alors ajouter les prélèvements sociaux). Au-delà de huit ans, les intérêts dépassant 4 600 euros ou 9 200 euros sont imposés à 7,5 % pour une personne seule ou pour un couple.

En cas de décès, le capital versé aux bénéficiaires est exonéré des droits de succession à hauteur de 152 500 euros par personne pour les versements effectués avant 70 ans. Ils sont exonérés à hauteur de 30 500 euros pour les versements effectués après 70 ans.

Investir dans des sociétés non cotées

Le Capital Investissement correspond à l’investissement dans des sociétés non cotées en bourse. Il est plus risqué mais il est souvent plus rémunérateur et la plus-value peut être très intéressante.

Il peut s’agir d’investir dans de nouvelles entreprises avec le capital-innovation, de financer le développement d’entreprises existantes avec le capital-développement ou encore de financer la transmission ou la cession d’une entreprise avec le capital-transmission. Ce type d’investissement permet de financer l’économie réelle.

Il est possible d’investir 500000 à 1 million d’euros dans les Fonds Communs de Placement à Risque ou FCPR. Le capital doit être investi à hauteur de 50 % au moins dans des titres non cotés.

Pour investir dans les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation, FCPI, les actifs doivent être investis au moins à hauteur de 60 % dans des titres de sociétés basées dans l’Espace Économique Européen, innovantes et ayant moins de 2 000 salariés.

Il y a également les Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) et les Fonds Professionnels Spécialisés (FPS).

La conjoncture actuelle, avec des marchés boursiers très fluctuants, reste attractif mais il faut être extrêmement prudent et bien conseillé. Les performances peuvent être de 6 à 8 % mais les fonds sont bloqués pendant la durée du placement qui est d’au moins cinq ans. De plus, le capital n’est pas du tout garanti.

Lisez aussi :  Le meilleur moment pour planter un arbre, c'est maintenant !

LE PEA et le Compte-titres

Pour investir 500000 à 1 million d’euros, le Plan d’Épargne en Actions ou le compte-titres peuvent être intéressants. Toutefois, il faut être connaisseur ou bien conseillé.

Le capital du compte-titres reste disponible en permanence et peut être investi dans des actions, obligations, fonds communs de placement, actions de Société d’Investissement à Capital Variable (SICAV), bons de souscription, trackers, warrants….

Les plus-values sont taxées à hauteur de 30 % au titre de l’imposition sur les plus-values mobilières.

Les actifs disponibles pour un PEA sont moins nombreux mais la fiscalité est avantageuse. Cinq ans après l’ouverture du PEA, les retraits ne sont plus imposables mais tout retrait avant les huit ans du PEA entraîne automatiquement sa clôture. Un retrait après huit ans empêche de nouveaux investissements.

L’immobilier

Un capital de 500000 à 1 million d’euros permet de choisir entre différents investissements immobiliers.

Investir dans le meuble non professionnel (LMNP)

Investir en LMNP consiste à acquérir un logement dans une résidence étudiante, un EHPAD, une résidence sénior, un résidence de tourisme ou d’affaires. Ce sont des marchés porteurs qui garantissent la perception de loyers réguliers via un bail commercial signé avec un gestionnaire. Les loyers bénéficient d’une fiscalité très avantageuse ou nulle.

L’immobilier classique

Acquérir un bien immobilier pour le louer génère des revenus réguliers. Il faut bien choisir l’emplacement et vérifier l’aspect fiscal.

Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI)

Investir dans des parts de SPCI est une bonne solution pour profiter de revenus complémentaires réguliers. Le capital peut être investi dans de l’immobilier diversifié, le plus souvent des bureaux et commerces. Les risques sont mutualisés.

Pour aller plus loin et voir un exemple de répartition pour obtenir un rendement moyen de 9% / an, vous pouvez consulter cet article ici, réalisé par le cabinet WSI Conseil, Gestion de fortune et Familly Office.

5/5 - (1 vote)