La bourse va t-elle trop vite de nos jours?

Note :

En ce dimanche, je voulais partager avec vous quelques informations suite au visionnage de l’excellent reportage de Canal+ : http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid8068-c-les-nouveaux-loups-de-wall-street.html

Pour ceux qui y ont accès je recommande, cela permet de prendre conscience de l’état actuel des guerres qui font rage dans le trading et qui impactent forcément tous les investisseurs, y compris nous, particuliers.

clavier ordinateur vitesse bourse

La vitesse, devenue variable primordiale en trading

Depuis quelques années, les traders ont compris que le gain de vitesse dans l’exécution des ordres était un objectif en soi. Les marchés financiers se sont développés avec les informateurs à cheval, les pigeons voyageurs (grâce auxquels selon la légende La Famille de Rothschild a fait un joli coup de bourse), le téléphone, les rollers dans les salles de marché et… l’ordinateur. Et ce qui devait permettre de limiter les délits d’initiés, en archivant informatiquement l’ensemble des transactions réalisées, s’est révélé être un autre moyen de doubler les autres !

Le problème c’est qu’avec le trading haute fréquence, les traders ne font que des allers retours ultra rapides pour doubler ceux qui voulaient acheter et leur revendre un poil plus cher.  Le problème c’est que ces personnes ne regardent plus la valeur intrinsèque d’une entreprise, qu’ils traitent une action X ou Y il n’y a aucune différence. Il ne conservent les titres financiers qu’une fraction de seconde afin d’en retirer un petit gain.

 

Être toujours au top de la vitesse

Les installations de fibre optique se sont multipliées. Par exemple une fibre privée de 1200 km relie New-York à Chicago, avec une performance de 13 millisecondes aller-retour.

Mais il y a encore mieux, un Français Stéphane Tyc s’est tourné vers les ondes radio. Celles-ci, contrairement à la fibre, se déplacent dans l’air et peuvent aller tout droit. A l’aide de relais, son entreprise a donc pu s’attaquer à la route New-York Chicago. Ils ont pulvérisé les performances de la fibre, en effet les micro-ondes permettent de transmettre une information en 8 millisecondes entre les deux villes !

Les algorithmiciens ont pris les commandes, les programmes informatiques ont remplacé les traders en chair et en os. Il faut savoir que tous ces robots traders ajoutent énormément de complexité aux marchés financiers. Robert Erra, docteur en informatique, explique ainsi que plus de 90% des ordres ne sont en fait que des faux ordres (manipulation appelée Quote stuffing)… Des ordres d’achat sont émis et annulés quelques millièmes de seconde plus tard.

 

Où est la régulation?

La SEC (U.S. Securities and Exchange Commission) est le régulateur des marchés financiers des États-Unis. Le reportage indique que leurs outils d’analyse sont dépassés. Pour combler ce retard ils ont donc demandé à une firme de trading haute fréquence de les aider à en développer de nouveaux. Quid des conflits d’intérêts ?! On ne pas demander à un joueur de casino d’établir les systèmes de contrôles du casino ! Du côté de la France, les experts de l’AMF s’inquiètent de décalages anormaux décelés dans la formation des prix des actions dus aux algorithmes de trading.

Pour aller vers plus de régulation, une organisation indépendante Finance Watch (découvrez leur site) essaie de faire bouger les choses avec notamment la mise en place d’une taxe infime sur chaque transaction financière. Je trouve cette idée pertinente sachant que le trading haute fréquence inondent les marchés financiers de faux ordres, ainsi leur business model serait nul.

A voir dans quel sens les marchés financiers vont se diriger? Vers plus de régulation, avec des actions politiques? Les robots traders vont continuer de sévir et nous allons tout droit vers un autre crash?

Si vous avez vu le reportage ou si vous souhaitez donner votre avis, laissez un commentaire.

Leave a Comment:

5 comments
Add Your Reply