En ce début 2012, je poursuis mes recherches sur la production de revenus alternatifs. J’en avais déjà parlé dans un autre article et je voudrais revenir aujourd’hui sur cette manière d’en obtenir de façon passive.

L’achat d’actions à fort dividendes

Un dividende est une part des bénéfices que l’entreprise verse à ses actionnaires. Mon objectif est de me constituer progressivement un portefeuille d’actions à fort dividendes proposant un bon rendement. Ainsi, je ne me positionne pas pour chercher une plus-value à court terme mais pour générer des dividendes réguliers sur le long terme.

Pourquoi s’intéresser en particulier à cette stratégie d’investissement ? Pour s’assurer des revenus passifs chaque année, obtenir un rendement supérieur (par rapport par exemple à une assurance-vie) et profiter du faible coût actuel des actions.

La phase de sélection des sociétés est primordiale ! J’ai préparé pour vous les 5 conditions que je valide pour savoir si ces dernières sont éligibles :

 

Les dividendes doivent être versés depuis plusieurs années sans interruption

C’est le premier critère à vérifier. Le versement de dividendes n’est pas acquis, cela est décidé d’une année sur l’autre par les sociétés. Il faut donc vérifier qu’ils ont été versés de manière régulière depuis de nombreuses années. Un historique des dividendes versés pour le CAC 40 est disponible ici.

 

Les dividendes doivent être croissants

Le montant initial du dividende doit être bien sûr intéressant mais sa croissance est encore plus intéressante pour nous. A long terme, une action qui a un rendement de 3%, qui augmente chaque année de 10% va rapidement battre une action qui a un rendement fixe de 6%.

Lisez aussi :  Quelle est la valeur de votre temps?

C’est la force des dividendes croissants, à la manière des intérêts composés, chaque année ils rapporteront plus de revenus passifs.

 

Il faut analyser les données financières de la société

Quelques questions à se poser sur les données financières des dernières années : le chiffre d’affaires augmente-t-il ? Les bénéfices augmentent-t-ils et surtout d’où proviennent-t-ils? 

Pour le savoir, il est important de calculer le résultat net d’exploitation, c’est l’indicateur préférentiel à prendre en compte. Le résultat d’exploitation ne prend en compte que les charges et produits liés à l’exploitation de l’entreprise alors que le résultat net prend en compte les charges financières, exceptionnelles et les produits financiers, exceptionnels.

Je m’explique : si une société a un résultat d’exploitation négatif et qu’elle a un résultat net positif alors il faut bien comprendre que ce dernier est soit obtenu par la vente d’un actif, une machine par exemple (résultat exceptionnel) ou par des revenus financiers (résultat financier).
L’intérêt est de savoir si la société pourra sur le long terme générer des bénéfices de son exploitation (bonne santé de la société) et non d’activités non récurrentes (vente d’un actif, produits financiers…).
Enfin, il est bon de vérifier l’endettement financier de la société. Un trop fort endettement voudra dire qu’une partie importante des bénéfices sera utilisée pour rembourser les créanciers. Le bénéfice restant ne sera peut-être pas suffisant pour assurer le versement de dividendes.

 

Le ratio de distribution de dividende ne doit pas être trop élevé

Ce ratio se calcule de la façon suivante : total des dividendes/résultat net.
Il ne faut pas qu’il soit trop élevé pour que l’entreprise conserve une partie des bénéfices pour investir. Cette capacité d’investissement restante va permettre son développement. Dans l’idéal ce ratio doit être inférieur à 50% cependant dans les faits si celui-ci reste inférieur à 100% alors une capacité d’investissement reste disponible.

Lisez aussi :  Interview d'Alexandre Retailleau, jeune entrepreneur et investisseur

 

Choisir des entreprises d’avenir et diversifier son portefeuille

L’important de cette étape est toujours de cibler le long terme. Quels sont les secteurs porteurs ?
La santé, l’alimentation, les énergies… Tout ce dont nous ne pouvons pas nous passer et qui constitue des besoins de base (cf pyramide de Maslow). Je pense qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier donc la diversification dans ces secteurs s’impose.

Une fois toutes ces étapes validées vous pouvez avoir confiance en votre PEA et récolter vos dividendes chaque année ! Je ferais une sélection des sociétés qui m’intéressent dans un prochain article.

 

J’espère que ces conseils vous serviront, dîtes moi ce que vous pensez de cette démarche dans les commentaires !