Les vignes et le vin constituent l’un des symboles du patrimoine français. Investir dans un vignoble peut être un bon moyen de diversifier son patrimoine et d’en retirer des revenus. Pourquoi et comment investir dans un vignoble ? Quels sont les avantages fiscaux et les risques d’un tel investissement ?

Pourquoi investir dans un vignoble ?

Encore peu connu, l’investissement dans les vignobles français attire cependant de plus en plus de particuliers. En plus de contribuer à l’entretien d’un élément majeur du patrimoine de notre pays, investir dans le vin procure des avantages fiscaux intéressants et de bonnes perspectives de rentabilité !

Pour les particuliers désireux de placer leurs économies et de développer leur patrimoine, il peut être judicieux de se lancer dans l’acquisition d’une exploitation viticole. Cet investissement relève de l’entrepreneuriat, mais vous pouvez proposer vos terres à la location si vous ne souhaitez pas vous préoccuper de l’exploitation de votre domaine.

Comment choisir un bon vignoble ?

Avec près de 750 000 hectares de vignes en France, les possibilités d’achat sont multiples ! La valeur de chaque exploitation se mesure grâce à plusieurs critères essentiels :

  • la richesse du terroir et l’exposition des terres.
  • les installations dédiées à la production du vin.
  • la surface et l’état des bâtiments.
  • l’appellation du vignoble (AOP, AOC ou IGP) et sa notoriété.

Il est assez rare de trouver des terres d’une qualité optimale pour la production du vin ; de fait, les prix d’un bon terroir sont relativement élevés et peuvent prendre de la valeur au fil des années.

Pour chaque domaine que vous envisagerez d’acquérir, prenez connaissance avant toute chose des rendements des années précédentes, des canaux de distribution en place et des moyens mis en œuvre pour commercialiser le vin produit avant d’investir.

Lisez aussi :  Investir dans l'immobilier en Suisse

Un investissement pouvant être risqué

Bien que l’on puisse envisager d’intéressantes plus-values sur le long terme, il peut être risqué d’investir dans un vignoble. Outre un prix élevé par hectare, les rendements ne sont pas garantis. La météo étant imprévisible, il peut arriver qu’une sécheresse ou des intempéries nuisent à votre production de vin, réduisant le rendement de votre investissement !

Investir dans un Groupement Foncier Viticole (GFV)

Si vous ne disposez pas de suffisamment de budget pour acquérir un vignoble ou si vous ne souhaitez pas gérer une entreprise de production de vin, vous avez la possibilité d’acheter des parts dans un GFV (groupement foncier viticole).

Le principe est simple : vous regroupez votre épargne avec plusieurs investisseurs et la confiez à des gestionnaires professionnels qui vont se charger d’acquérir un domaine et de le gérer via un bail longue durée. Chaque année, vous percevrez une quote-part proportionnelle au montant que vous avez investi.

Les copropriétaires peuvent également percevoir les revenus générés en bouteilles de vins, qui peuvent prendre de la valeur si elles sont stockées dans des conditions optimales.

Quels sont les risques et le rendement des GFV ?

Acquérir des parts de GFV est plus accessible : une part coûte entre 2 000 et 200 000 euros. La valeur d’une part va dépendre de la localisation du domaine et de son appellation. Généralement, vous pouvez prétendre à un rendement de 1 à 4 % des sommes investies ! Cela reste donc faible par rapport aux rendements que l’on peut obtenir grâce à l’investissement immobilier.

Malgré tout, ce système d’investissement comporte les mêmes risques : le rendement n’est toujours pas garanti, et vous pourriez ne pas percevoir de profits tous les ans.

Lisez aussi :  SCPI ou OPCI : le match de la pierre papier

Quelle fiscalité en investissant dans des terres viticoles ?

Si vous faites le choix d’investir dans un vignoble et la production de vin, vos intérêts d’emprunt seront déductibles de vos revenus fonciers.

Exonérations de l’Impôt sur la Fortune Immobilière

En fonction de la nature de votre exploitation, vous pouvez prétendre à des exonérations de l’IFI :

  • bien non professionnel et GFV : L’IFI est réduit de 75 % de votre investissement jusqu’à 101 897 euros, et de 50 % au-delà de cette somme.
  • bien professionnel : la valeur de votre investissement n’est pas considérée dans le calcul de l’IFI. Attention cependant : pour bénéficier d’une exonération intégrale, vos terres doivent être mises en location pendant au moins 18 ans.

Revente et succession

Les droits de succession bénéficient également d’une exonération, dans la limite de 300 000 euros. En cas de revente, les plus-values sont imposées à 36,2 %. Une exonération totale est possible, mais seulement à partir de la 23ème année suivant l’acquisition de vos parcelles viticoles.