Quelle rentabilité en location saisonnière ? 

Quelle rentabilité en location saisonnière ? 
5 (100%) 5 votes

La location saisonnière est-elle véritablement rentable ? Quel est son degré de rendement et quels critères utiliser pour évaluer sa rentabilité ? Tout propriétaire est amené à trouver des réponses précises à ces questions avant d’opter pour ce mode de location, qui semble, à première vue, plus simple et plus avantageux que la location de longue durée.

Qu’en est-il vraiment ? Définir les notions et les modalités de calcul afin de différencier rentabilité brute et rentabilité nette, détailler les charges d’une location saisonnière, peser les avantages au regard des inconvénients, s’avère primordial pour éviter les déconvenues. Tour d’horizon synthétique de ce qu’il convient de savoir avant de se lancer dans l’investissement en location de courte durée.

La location saisonnière, qu’est-ce que c’est ?

La location saisonnière est basée sur un contrat d’une durée déterminée, à la nuitée, à la journée, à la semaine ou au mois. Le plus souvent destinée aux vacanciers, elle peut également s’adresser à des personnes voyageant pour des raisons professionnelles, mais elle ne peut en aucun cas être considérée comme l’habitation principale du locataire. Il s’agit d’une location entièrement meublée que le propriétaire met à disposition, moyennant un loyer calculé au prorata de la surface du bien, de sa localisation et de la durée du séjour. Un acompte est le plus souvent exigé à la réservation et le solde est à régler dès l’arrivée dans la location. L’épineux problème des loyers impayés étant ainsi évité. Les propriétaires d’une résidence secondaire située dans une région touristique ont ainsi la possibilité de la louer afin d’en tirer des revenus complémentaires.

Les investisseurs, quant à eux, visent une rentabilité plus conséquente, permettant non seulement de compenser intégralement les mensualités du prêt nécessaire à l’achat, ainsi que les charges et les frais d’entretien mais aussi de réaliser des bénéfices. Si ce type de location paraît moins lourd à gérer qu’une location nue (non meublée et de longue durée), il n’en reste pas moins que certaines conditions doivent être réunies pour que l’opération soit rentable.

rentabilité location saisonnière

La rentabilité, une notion variable

Le calcul de la rentabilité d’une location saisonnière s’avère un peu plus compliqué qu’il n’y paraît au premier abord, car, selon le contexte et le mode de calcul, différents critères entrent en jeu et apportent des nuances importantes aux résultats. Le premier indicateur (et le plus simple) s’obtient en divisant les revenus annuels générés par la location (les loyers) par le prix d’acquisition du bien immobilier, puis en multipliant le résultat par 100. Résultat qui doit être nuancé, car le prix d’acquisition peut ne pas représenter l’ensemble des dépenses engagées. Il faut tenir compte aussi des travaux éventuels à entreprendre, de l’achat du mobilier et de l’équipement ménager.

De plus, les locations saisonnières sont rarement occupées, sans latence, toute l’année. En revanche, le prix des nuitées ou des journées est beaucoup plus élevé que celui d’un loyer mensuel pour une location de longue durée. Du montant des loyers, il est nécessaire aussi de déduire les charges afférentes au propriétaire : les assurances, la taxe foncière, les services (tels que l’abonnement téléphone et internet du logement loué), les frais d’entretien et de conciergerie lorsque le propriétaire ne peut s’occuper lui-même de l’accueil des locataires, les commissions des sites où paraissent les annonces locatives, etc.

En résumé pour obtenir la rentabilité nette d’une location saisonnière, il faut lister l’ensemble de ce qu’elle coûte annuellement et comparer le résultat avec le montant annuel net des loyers perçus. Celui-ci doit intégralement compenser les dépenses engagées, voire permettre de réaliser un bénéfice. Tous ces paramètres impactent fortement la rentabilité d’une location saisonnière, qui restera malgré tout intéressante selon la qualité des prestations fournies, la situation géographique du bien et la visibilité des annonces sur les plateformes consacrées aux locations de vacances.

Emplacement idéal, gestion optimisée : des moyens pour améliorer la rentabilité de votre location

La situation de la location saisonnière est primordiale pour obtenir un taux de remplissage maximum, mais aussi pour que le prix du séjour soit élevé. Les stations balnéaires (comme Morgat, là où nous avons construis une maison louée en location saisonnière), les villages de montagne près des pistes et proposant des activités estivales, les grandes villes touristiques, celles où se déroulent des festivals culturels réputés (Lorient, Avignon…) ou qui possèdent un riche patrimoine historique, sont les plus attractifs. Attention cependant à se placer en conformité avec les règles de compensation désormais en vigueur dans certaines agglomérations de grande taille (Paris, Bordeaux, Lyon) : un mètre carré de logement destiné à la location touristique doit être contrebalancé par un mètre carré d’espace commercial transformé en habitation.

La visibilité de la location sur les moteurs de recherche est un gage de remplissage optimal. Un site peut être créé par le propriétaire et relayé sur les nombreuses plateformes de locations saisonnières (Booking.com, Abritel, Tripadvisor, Amivac, etc.). Elles sont innombrables et offrent une excellente visibilité pour peu que la description du meublé soit détaillée, accompagnée de photos de qualité et que les commentaires des locataires soient élogieux. Le référencement dans les offices de tourisme de la région est également une bonne option. Lire mes conseils pour optimiser votre taux d’occupation.

Certains « petits plus » font souvent la différence sur ce marché très concurrentiel : logement avec lave-vaisselle, lave-linge, barbecue, terrasse, vélos à disposition, matériel pour enfants, parking privé… La décoration intérieure et l’ambiance générale du meublé ne sont pas non plus à négliger. Qui souhaiterait passer ses vacances dans des pièces vieillottes, sombres et sans confort ?

En guise de conclusion

Rentable, la location saisonnière peut l’être, voire même très rentable selon son emplacement. Son rendement locatif brut est, dans la plupart des cas, plus de deux fois supérieur au rendement d’une location de longue durée. Mais pour tirer son épingle du jeu, le propriétaire doit impérativement prendre en compte tous les paramètres de l’opération et se donner les moyens, en termes de temps, de gestion locative, de visibilité et de prestations, d’optimiser l’attractivité de sa location.

Leave a Comment: